Abd Al Malik, éminemment poète

Il compose, il rappe, il écrit et il réalise. Cet hiver, le touche-à-tout Abd al Malik publie son nouvel ouvrage : un essai baptisé Réconciliation.

Un livre pensé comme une nouvelle page de son engagement pour une société plus juste. Où l’on retrouve la conviction de son premier texte, Qu’Allah bénisse la France, et la sensibilité qu’il déploie dans ses albums, du Face à face des cœurs à Gibraltar. Pour ce nouveau rendez-vous Les Claques du mois, il revient sur le blues qui l’a frappé pendant l'année écoulée. Puis évoque Régis Debray, Charlie Kaufman, et son coup de cœur pour la série Lupin. Il nous confie aussi sa vision du « monde d’après » : après la pandémie, mais surtout après les luttes qui séparent les peuples et les êtres. Et nous invite à imaginer le récit collectif qui nous réunirait tous comme une main tendue. Une réconciliation par le verbe. Car au fond, pour lui, tout est question de mots et de poésie.