La couleur des Mots : Anna Moï et la littérature monde

Anna Moï est une sauvage ! Elle sourit lorsqu’elle révèle l’origine du pseudonyme d’écrivaine qu’elle choisît pour exister dans le monde de la littérature francophone ou plus précisément dans « la littérature monde ». Moï signifie sauvage en vietnamien. Et c’est ainsi que les colons français désignaient les 54 ethnies composant les 3 provinces de l’ancienne Indochine lorsqu’ils l’occupaient.

Née à Saïgon en 1955, Anna Moï fuit son pays en 1972. Elle choisit Paris comme destination. Polyglotte, elle parle plus de 8 langues couramment, c’est en français qu’elle écrit toute son œuvre et affirme « Je n’écris pas avec la langue des colons mais avec celle de Chateaubriand. » Pour comprendre son rapport au français et à la francophonie, on évoque son essai Esperanto, desesperanto, qui fit couler beaucoup d’encre lors de sa sortie. Son sous-titre est évocateur : la francophonie sans les Français. Sans aucun égard aux termes d’identité et de nationalité, Anna Moï ne prétend appartenir nulle part qu’à l’écriture.