Mathias Enard, homme de lettres, libre et loquace

Prix Goncourt des Lycéens 2010 avec Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants, Prix Goncourt 2015 avec Boussole, Mathias Enard a délaissé cette année l’Orient, auquel il a consacré la plupart de ses livres, pour se tourner vers le Marais poitevin. Pourtant, dans ce nouveau roman enraciné dans la campagne française, on retrouve l’obsession de l’écrivain pour la mort. Avec Le Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs (éditions Actes Sud), l’auteur annonce la couleur dès le titre. Noir, c’est noir ! Surtout quand on part à la rencontre d'un métier pas comme les autres, celui de croque-mort. Dans cette Claque ITW, l’écrivain explique avec gourmandise les traits de sa personnalité et les choix qu’il a opérés pour ce nouveau roman. Sa parole, comme ses livres, prouve bien la liberté d’esprit de ce franc-tireur des lettres françaises.